Techniques et aménagements pour gérer le ruissellement

La logique amont-aval - Dans la zone de production - Dans la zone de transfert - Dans la zone de dépôt

 

La logique amont - aval

La gestion du ruissellement sur un versant doit se préoccuper des effets à l’amont et à l’aval d’un aménagement réalisé en un point donné sur le trajet de l’eau, tout comme cela se fait sur les rivières. Une gestion efficace commence donc par la délimitation des bassins versants et leur caractérisation en termes de risque de ruissellements diffus (en nappe) et concentré (selon un axe).

Les actions sont réfléchies comme un ensemble fonctionnel à l'échelle du bassin versant et sont intégrées de manière à présenter une continuité hydraulique jusqu’à l’exutoire : cours d’eau ou collecteur. Elles portent sur trois axes de travail simultanés, sur trois zones fonctionnelles d'un bassin versant :

  1. à l'amont, dans la zone de production, limiter le volume d’eau qui ruisselle par une occupation du sol qui favorise l'infiltration, empêcher la concentration artificielle du ruissellement ;
  2. dans la zone de transfert, conduire le ruissellement par des fossés, des diguettes et, si possible, réduire la vitesse des écoulements avec un maillage hydraulique adapté, ne pas faire obstacle à l'écoulement naturel ;
  3. dans la zone de dépôt, évacuer le ruissellement vers le cours d’eau (ou le collecteur) en aval, et si cette solution n'est pas permise (ou trop lentement), stocker temporairement l’eau en amont de la zone de dégât potentiel.

Dans la zone de production

Dans la zone à l'amont du bassin versant, où l'essentiel du ruissellement est généré, on vise à limiter la production de ruissellement en luttant contre l'imperméabilisation des surfaces. En agriculture, cela repose à la base sur la gestion raisonnée de l'assolement et la préservation de la stabilité structurale du sol par un travail adapté ; des aménagements complémentaires peuvent aider - au moins temporairement - à gérer des situations critiques sur la plan de l'érosion (bandes enherbées, barrages végétaux). En matière d'urbanisme, cela se traduit par le maintien d'un maximum de surfaces perméables, et par l'infiltration (ou, en cas d'impossibilité, la temporisation) des eaux issues des surfaces imperméabilisées. En aménagement du territoire, cela revient à accorder une place importante au maillage vert (haies, bandes boisées), aux équipements de voirie favorisant l'infiltration, etc.

Dans la zone de transfert

Cette zone est caractérisée par un écoulement concentré, souvent rapide, et parfois violent. Les techniques  à mettre en oeuvre ici sont essentiellement destinées à guider l'écoulement sans qu'il puisse causer de dommage et, si possible, à le ralentir afin de diminuer sa force érosive. Selon le type de milieu, urbain fermé ou ouvert, zoning industriel, milieu agricole ou forestier, il est plus ou moins facile de choisir un chemin pour conduire le ruissellement. D'une manière générale, les ouvrages que l'on utise sont des fossés, de différents types (classique en V, parabolique, à redents, noue), et plus rarement des éléments déflecteurs comme des petites digues ou des dos d'âne.

Pour ralentir l'écoulement, deux familles d'aménagements sont utilisés selon les cas : les petits bassins pour de la temporisation locale, et les barrages de sédimentation en correction torrentielle (vallon en pente forte).

Dans la zone de dépôt

Dans cette zone, l'écoulement ralentit et stagne. L'enjeu est de réduire au minimum le temps de l'inondation, de manière à impacter le moins possible les bâtiments, la voirie, l'environnement, ... Pour cela, il faut donc évacuer l'eau vers son exutoire naturel (cours d'eau) ou artificiel (collecteur aérien ou enterré). Cette évacuation se fait au moyen de fossés, caniveaux, ou canalisations. Selon les caractéristiques de l'exutoire, on peut être obligé de stocker temporairement l'eau et d'en contrôler l'évacuation avec un débit limité (appelé débuit de fuite ou de vidange). Différents ouvrages permettent cela : bassins aériens ou enterrés, noues, zones d'immersion temporaire (ZIT).

bande_enherbee_2.JPG
barrage_vegetal_paille_1.JPG
infiltration_batiment_1.JPG
revers_eau_1.JPG
protection_talus_1.jpg
fosse_1_redents.JPG
caniveau_1_fosse.JPG
bassin_temporisation_1.jpg
bassin_temporisation_2.jpg